Posts tagged music
Gregory Porter ... sans modération !
wpid-11335743ece114a105d3b88502a0d35d.jpg

image

Il y a chez Gregory Porter quelque chose qui nous rassure. Ou plutôt quelque chose qui nous encourage, qui nous pousse à continuer. Continuer de rêver, de se battre, de devenir nous même. Les parcours de vie ne sont pas toujours lisses, et c'est peut être ça qui nous rapproche de Gregory, né en 1971 à Los Angeles.

Question : comment passer de la case futur talent du foot US professionnel à celle de révélation du jazz vocal ? Question bis : en faisant un arrêt par la case théâtre ? Car oui, à l'origine de la reconversion de Gregory Porter vers sa véritable passion, la musique, il y a un accident qui lui a barré définitivement la route des terrains de sport. Il écume alors les salles de jazz enfumées, et de rencontres en rencontres, grâce à son talent, il intègre une comédie musicale retraçant l'histoire du blues et intitulée It Ain't Nothin' But the Blues : le monde découvre alors l'artiste hors pair qu'est Gregory Porter en 1996 à Washington DC, puis en 1999 à Broadway. Mais il faudra attendre 2010 pour voir s'ouvrir les portes de son univers musical personnel, avec la sortie de son premier album "Water". Puis son second bébé "Be Good" en 2012.

image

.... Et, enfin, "Liquid Spirit", sorti cette année : le charme opère une troisième fois, et chez MAD on a succombé dès les premières secondes. Depuis ses influences jazz (et notamment Nate King Cole), en passant par ses premiers amours pour la soul music, Gregory Porter ne nous laisse pas d'autre choix que d'apprécier ce qui, à 42 ans, semble être sa consécration aux yeux du grand public.

Les artistes et leurs histoires de vie, voilà ce qui nous plait chez MAD lorsqu'on parle de musique, et le grand monsieur Porter nous a convaincu : il n'y a pas d'âge pour devenir ce que l'on est.

Pour aller plus loin :

www.gregoryporter.com

Baltimore cinq ans après les écoutes
b.jpg

Je ne vais pas faire dans l’originalité : comme beaucoup d’entre vous j’ai été accro à la série "The Wire", produite par la chaîne HBO. Mais les destins font parfois bien les choses et 5 ans après la dernière saison diffusée, j’ai eu la chance de produire un album entier pour trois emcees de Baltimore : le projet Bmore 2 France. baltimore

copyright Patrick Semansky

Sortir un EP de 15 titres, ça prend du temps, et ça tisse des liens. Don Streat, S.O.N., et Lord Baltimore ont donc pu à plusieurs reprises, dans nos morceaux comme dans nos échanges, me donner leur point de vue sur cette question : "alors, Baltimore, c’est comme dans la série ?". Je n’ai eu qu’une seule réponse : "C’est même pire". Ambiance.

J’ai donc voulu en savoir plus. En fouillant sur la toile je suis tombé sur un reportage photo de Patrick Semansky publié par Kamelia Angelova sur BusinessInsiders, que je vous conseille vivement  : "5 Years After ‘The Wire,’ Nothing Has Changed For Baltimore’s Poorest Neighborhoods."

ba

b

copyright Patrick Semansky

Les photos m’ont marqué pour la simple et bonne raison que j’ai cru revoir des extraits des aventures de Mc Nulty et Stringer Bell. La réalité dépasse la fiction. A moins que la fiction n’ai eu d’autre but que de peindre la réalité. Certains habitants de Baltimore iront même jusqu’à dire que The Wire a joué négativement sur la réputation de cette ville. Je ne serai pas capable de me prononcer là dessus.

Ce que je sais, c’est que ma musique a trouvé un écho dans ce chaudron du Maryland. Cette histoire je la partage ici avec vous, en mettant en musique et vidéo ces images shootées comme l’ultime saison que nous attendons tous. [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=f_3X16vPVfY&w=420&h=315]